PCPratique.com | Simple comme pratique.

Menu:



  




Le Courant Porteur en Ligne (CPL)


Le courant porteur en ligne (CPL) est une technologie de communication électronique à haut débit qui s’appuie sur le réseau électrique existant. Le CPL peut être utilisé pour la réalisation d’un réseau de desserte, par exemple dans les secteurs où les travaux nécessaires à la pose d’un réseau neuf seraient trop coûteux.
En zone rurale, le déploiement peut toutefois être problématique, en raison de l’éloignement des points de collecte ; par ailleurs la faible densité de population a pour effet d’augmenter le coût du service par client - même si elle a pour avantage de limiter le problème du partage de débit.

Points forts :

Points faibles :



haut de page

Principe de fonctionnement du CPL

Le courant porteur en ligne permet de transmettre des informations numériques à haut débit (de quelques unités à quelques dizaines de Mbit/s) par l’intermédiaire du réseau électrique.
Un signal à haute fréquence (dans la bande de 1,6 MHz à 30 MHz) et de faible tension est superposé au signal électrique 50 Hz classique. C’est ce signal qui transporte les données.


Le CPL peut être utilisé en indoor (pour créer un réseau local dans un bâtiment) et en outdoor (réalisation d’un réseau de desserte haut débit). Seul ce dernier usage est abordé ici.

Schéma de déploiement :
Dans une boucle locale CPL, les communications électroniques transitent entre l’abonné et un point de collecte en utilisant le réseau électrique du quartier.
Le point de collecte est lui-même relié à internet, par un lien à très haut débit.
Organisation du réseau électrique :

Le réseau électrique français est composé de trois niveaux :

Le réseau haute tension B alimente le réseau haute tension A au niveau des postes sources .
Le réseau basse tension est relié au réseau haute tension A au niveau des postes électriques HTA-BT .


Depuis le coeur du réseau et en descendant vers l’abonné, l’organisation de la boucle locale est la suivante :

haut de page

Contraintes et coûts.

Les contraintes suivantes sont à prendre en considération :

Les acteurs industriels visent, à moyenne échéance, les coûts suivants : modem HTA à 450 euros, modem BT à 350 euros, répéteur à 100 euros, modem client à 60 euros ( source : ministère de l’Industrie - 2004 ).
Les coûts actuels restent toutefois supérieurs, et il convient de prendre également en compte les coûts de déploiement et d’exploitation.

Quels territoires, quels usages ?

Compte-tenu des contraintes évoquées précédemment, la technologie CPL apparaît plus adaptée en zone urbaine, dans des zones d’activités, ou en secteur semi-rural dans certaines conditions de concentration de population et de topologie du réseau électrique.
Il est en effet nécessaire de disposer d’un point de collecte à proximité du réseau électrique de desserte (ce qui est rarement le cas dans les territoires isolés), et il faut que la densité de population soit suffisante pour justifier l’investissement réalisé pour équiper chaque poste électrique.
Un déploiement CPL en solution transitoire dans le cadre de la mise en place programmée d’un réseau de fibre optique de desserte au plus près de l’abonné est également envisageable.
En approchant progressivement la fibre du client, et en terminant la desserte en CPL, on peut réaliser un déploiement par étapes successives du réseau fibre, et ainsi disposer d’une plus grande souplesse pour la répartition de la dépense d’investissement sur plusieurs années.


Pour aller plus loin ...



haut de page



Site étiqueté auprès de l’ICRA. | Combattez les spams : Cliquez ici